Recherche

216 résultats trouvés pour ""

Posts de blog 201

  • Nantes et son musée Jules-Vernes

    Premier musée et première ville sur ma liste des choses à voir, une fois le droit de voyager pour le plaisir revenu.... Avec sa Ligne verte, un parcours pédestre ou à vélo de quelque dix-sept kilomètres, qui mène d’une œuvre d'art à un élément remarquable du patrimoine, d’une ruelle historique à une architecture contemporaine, d’un point de vue étonnant sur la ville à un incroyable coucher de soleil sur l’estuaire, d'un musée à l'autre - dont le musée Jules Vernes, Nantes m'apparait une ville d'art et de culture exceptionnelle...À très bientôt! J'adore Jules Vernes. J'ai dévoré d'une traite - comme lui a sûrement dû dévorer, et très jeune, Victor Hugo, Alexandre Dumas, Alfred de Vigny, Alfred de Musset, Molière, Sahakespeare..., «L'Île mystérieuse», «Vingt mille lieues sous les mers» et «Michel Strogoff». J 'ignorais - merci Xavier Theret, directeur de la promotion internationale - Le voyage Nantes - , pour votre magnifique présentation de la ville aux médias québécois - , que Jules Vernes était né à Nantes, jolie ville d'art et de culture qui s'étend sur les rives de la Loire, à une cinquantaine de kilomètres de l'Atlantique. C'était un 8 février 1828, sur l'île Feydeau. Musée Jules-Vernes Un musée entièrement consacré à l'auteur. Cool! Il est situé au sommet de la butte Sainte-Anne et domine la Loire et le port. On m'a expliqué que ce musée exposait des livres, des manuscrits, des documents, des extraits d'œuvres, des illustrations, des affiches, des portraits de l'écrivain, des jeux et objets lui ayant appartenu et légué par ses descendants. Mes trois livres favoris Vingt Mille Lieues sous les mers paru en 1869-1870 relate le voyage de trois naufragés capturés par le capitaine Nemo, mystérieux inventeur qui parcourt les fonds des mers à bord du Nautilus, un sous-marin très en avance sur les technologies de l'époque. L’Île mystérieuse, paru en 1875, relate les aventures de cinq personnages qui, fuyant le siège de Richmond en Virginie pendant la guerre de Sécession, s'échouent sur une île inconnue qu'ils baptisent l'île Lincoln. Grâce à leurs compétences variées et leur astuce, ils s'efforcent de reconstituer une vie confortable sur cette île déserte, mais ils font face à plusieurs périls et à d'étranges phénomènes. Michel Strogoff paru en 1876, relate le périple de Michel Strogoff, courrier du tsar de Russie Alexandre II, de Moscou à Irkoutz, capitale de la Sibérie orientale. Sa mission est d'avertir le frère du tsar, resté sans nouvelles de Moscou, de l'arrivée des hordes tartares menées par le traître Ivan Ogareff pour envahir la Sibérie. Sur cette route il croise Nadia, ainsi que les journalistes européens Harry Blount et Alcide Jolivet. Alors que les voyageurs mettent en moyenne cinq semaines pour aller de Moscou à Irkoutsk, les courriers du tsar n'ont besoin que de dix-huit jours. À cause de toutes les épreuves à surmonter, Michel Strogoff a mis trois mois pour y parvenir. Prochain livre sur ma liste: «Les enfants du capitaine Grant».

  • Elko, Nevada - Festival de poésie cowboy

    Eh bien oui, il y a une poésie cow-boy. Jolie, d’ailleurs. Qui parle de la nature, du cheval, des vaches, des montagnes, du soleil, du blizzard, de l’entraide, de la famille, de Dieu… Des mots ordinaires, sur une vie ordinaire racontée de façon extraordinaire. Qui prend aux tripes. C’est lors d’un voyage à Elko, il y a quelques années, que j’ai découvert le « vrai » cow-boy. Celui qui, le jour, rassemble le bétail pour le mener au pâturage dans les montagnes, et qui, le soir, gratte la guitare autour d’un feu en fredonnant une chanson. Pour garder les bêtes tranquilles. Le cow-boy qui trime dur dans le ranch en essayant tant bien que mal de survivre à une industrie grippée. Celui qui arpente à cheval la piste sur des milliers de kilomètres. Celui qui est vêtu d’un jeans à la taille, d’une ceinture stylée et d’un chapeau à large bord. Et qui devient poète. Oui, Elko appartient à l’Ouest, l’authentique. L’élevage fait partie des richesses de la région et on y fabrique des selles reconnues dans le monde entier. Les cow-boys que l’on croise dans la rue ne sortent pas d’un film. Et ils ont troqué leur fusil contre un téléphone portable. Mes deux filles m’accompagnaient. Le film Fievel au Far West n’était pas bien loin dans leurs souvenirs. Et pour s’imprégner de l’âme cow-boy, nous avons opté pour un road trip au départ de la « cité des péchés ». Question de découvrir dans le détail les étendues désertiques et montagneuses du Nevada qui inspirent tant ces buckaroos. Depuis Las Vegas, il faut plus de huit heures pour rejoindre la ville d’Elko, située au pied des Ruby Mountains, entre Reno et Salt Lake City. Mais le voyage en voiture sur les grandes routes solitaires du Great Basin, au coeur d’un désert rustique parsemé d’armoises, d’arbres rabougris, de cactus, de genévriers, et dominé par des montagnes aux sommets enneigés, vaut le coup. Nous avons dormi à Pioche (282 km de Las Vegas), à l’hôtel historique Overland Hotel & Saloon. À Ely (460 km de Las Vegas), à l’historique Hotel Nevada and Gambling Hall. À Elko (760 km de Las Vegas), au Red Lion Inn pour une expérience plus chic. Spectacles et activités reliés au National Cowboy Poetry Gathering y prennent place. À Caliente (240 km de Las Vegas), au Shady Motel. Ici, la nuit, lorsque passe le train reliant Los Angeles à Salt Lake City toutes les deux heures, on comprend mieux la vie à proximité d’une voie ferrée. Nous avons raffolé des brioches à la cannelle du Windmill Ridge, un café-resto-hébergement sympa sur la route 93, à Alamo (155 km de Las Vegas). Le copieux souper du restaurant basque The Star (sorte de «all you can eat» basque), au 246 Silver Street, à Elko. Les Basques sont nombreux à vivre au nord du Nevada et à faire l’élevage de moutons. Le resto Jailhouse, à Elko. Ce n’est pas tous les jours qu’on mange (et bien) dans une cellule d’une ancienne prison du Far West. Siroter un whisky au bar du Western Folklife Center, à Elko. Parcourir la ville d’Ely à pied. Une vingtaine de murales peintes sur les murs des édifices de la rue principale racontent l’histoire du comté de White Pine, de l’époque amérindienne à celle où Ely vivait de son élevage de bétail et de son industrie minière, elynevada.net. Une virée dans les Ruby Mountains, particulièrement le Lamoille Canyon. Malheureusement cette année, dû à la pandémie de COVID19, la 37ième édition du National Cowboy Poetry Gathering n'aura pas lieu «live» à Elko. Il y aura par contre pour les membres des événements présentés en ligne, jusqu'au 30 janvier 2021. Pour en savoir plus: https://www.nationalcowboypoetrygathering.org/

  • Îles Cayman - Festival gastronomique

    Chaque année, en janvier, à Grand Cayman, se tient un méga festival gastronomique où se rencontre une jolie panoplie de chefs venus/es d'un peu tous les coins du monde. Cette année, à cause de la pandémie, l'activité qui aura lieu comme d'habitude au Ritz Carlton Grand Cayman, se fera entre chefs et amateurs de bonne cuisine locaux. Question de garder la main en attendant des jours meilleurs. Voici toutefois quelques souvenirs de la journée du 19 janvier 2020 , il y a un an donc jour pour jour. Et à l'an prochain pour la 14 ème édition. Chef Bernard Guillard, du resto The Marine Room à la Jolla à San Diego et chef Philippe Haddad...

Tout afficher

Pages 15

  • Tourisme Aventure | Un blogue par Hélène Clément

    date L'esprit du fleuve Saint Laurent Tout rappelle ici la mer : l’odeur, le vent, les cris plaintifs des goélands. L'île aux Lièvres se trouvent au beau milieu du Saint-Laure... EN VEDETTE Mark Twain «Ils ne savaient pas que c'était impossible, alors ils l'ont fait.» MONTRÉAL Une sculpture bien montréalaise «Papillons en liberté», au Jardin botanique de Montréal, jusqu'au 28 avril 2019. Kent Monkman - «Honte et préjugés: une histoire de résilience», au Musée McCord Montréal - Un thé au Centre Phi Montréal - Les fantômes font de l'esprit Montréal - Surfer en douce sur la vague EN VRAC il y a 4 jours Club Med alpin français: trois coups de coeur 1. Peisey-Vallendry - très famille Sous le ciel bleu ou gris, mais toujours joli, des pics tapissés de blanc ondulent à perte de vue. Du ... il y a 5 jours Le balai martiniquais ou Latannyé balé Conçu classiquement avec les palmes du Coccothrinax barbadensis (ou latanier des Caraïbes), un arbre endémique des Petites Antilles (Anti... oct. 21 Orgie gastronomique aux Caymans oct. 19 Pas à pas vers un île plus écolo... Difficile de déclarer la guerre au plastique? Que oui! Car le plastique est juste PARTOUT. Voici comment quelques femmes martiniquaises ... À PROPOS Je suis journaliste québécoise spécialisée en tourisme depuis plus de 20 ans et passionnée de voyages, d’histoire, de géographie et de plein air. Je collabore à plusieurs publications, à Montréal, au Québec et ailleurs. En lire plus > SUIVEZ-MOI CHOIX DU MOIS Randonnée au Summit Circle Le bois Summit couvre l’un des trois sommets de la « montagne » et constitue l’un des symboles paysagers du mont Royal. ​ Ce grand parc boisé et silloné de sentiers pédestres est désigné comme « réserve naturelle urbaine et réserve d’oiseaux », en plus d’être classé en tant que parc de par la Ville de Westmount. conservation ​ Les chemins pédestres sont balisés par des aménagements naturels comme des pierres et des troncs d’arbres déposés, conservant ainsi l’ambiance naturelle des lieux. les promeneurs et leur chien y découvre un joli où s’entremêlent couleurs et chants d’oiseaux. paysage ​ On peut y promener son chien sans laisse, à la condition qu'il soit enregistré à Westmount. >

  • Tourisme Aventure | Voyages | Europe

    Europe RETOUR VERS TOUS LES VOYAGES

  • Tourisme Aventure | Voyages | Amérique Centrale

    Amérique Centrale RETOUR VERS TOUS LES VOYAGES

Tout afficher