• Hélène Clément

Road trip entre Montréal (Q.C)-La Nouvelle-Orleans (LA, États-Unis)


23 jours de pur bonheur sur la route entre Montréal, Saratoga Spring, Lancaster, Washington, Whyteville, Bristol, Nashville, Tunica, Natchez, Lafayette, La Nouvelle-Orleans, l'Alabama, Savannah, Charleston, Richmond, Sleepy Hollow, Montréal.


J'adore la musique. Et l'histoire avec un grand H. Les longs voyages en voiture. En mode lent autant que possible pour prendre le temps de voir. De bien voir. Et de vivre chaque lieu où nous nous arrêterons pour identifier un arbre, déguster des produits locaux, se sustenter, déguster une crème glacée, une bière, une brioche, un café, une Margarita...Pour dormir.


Les routes que nous allons emprunter - ma fille Stéphanie et son amie Camille, sillonneront une petite partie de la Bible Belt, dont la Pennsylvanie, la Virginie-Occidentale, le Tennessee, le Mississippi, la Louisiane, l'Alabama, la Géorgie, la Caroline du Sud, New York...




L'itinéraire en gros


Saratoga Springs (NY), Lancaster (Pennsylvanie), Washington (District of Columbia), Whyteville et Bristol ( Virginie), Nashville (Tennessee), le delta du Mississippi, Tunica, Natchez, frogmore, Lafayette et la Nouvelle-Orléans (Louisiane), Greenville (Alabama), Savannah (Géorgie), Charlestown (Caroline du Sud), Richmond (Virginie), Sleepy Hollow (New-York), Montréal.


Pourquoi Saratoga Springs ? Pour décanter un peu dans les eaux minérales du Saratoga Spa State Park, question de remettre le facteur sur le vélo après une année laborieuse.


Et Lancaster ? Pour voir un peu le mode de vie - un chouïa déconnecté de notre mode de vie bien branché, des Amish. Qui sait, nous rencontrerons peut-être Harrison Ford ????



C'est la Smithsonian Institution qui nous attire à Washington. En plus de ses 9 centres de recherche, la Smithsonian Institution est surtout célèbre pour ses 19 musées, pour la grande majorité gratuits, son zoo et les Smithsonian Gardens. Nous y passerons deux jours.


Country, blues, rock and roll et jazz


Musique qui remonte aux pionniers irlandais, écossais, allemands, italiens, espagnols et africains venus s’établir ici au XVIIIe siècle, en quête d’une vie meilleure. Ces colons ont suivi par-delà forêts et montagnes le Great Wagon Road, un chemin d’abord tracé par les bisons, puis par les Amérindiens qui les chassaient. La route reliait la Pennsylvanie à la Géorgie.


Les défricheurs emportèrent dans leurs bagages culture et instruments de musique. C’est ainsi que le violon irlandais, le dulcimer allemand, la mandoline italienne et la guitare espagnole rencontrèrent le banjo africain. La musique devint un point de ralliement pour ces immigrés. De la rencontre entre ces musiciens du monde est né le country, le blues, le jazz...


Une musique chargée d’histoire, de souffrances, de joies, d’espoirs, de crainte et de désillusions. Une manière de penser et parfois un moyen de s’exprimer pour le peuple.


Bristol sera en quelque sorte le point de départ de la partie musicale de notre pérégrination sur la Bible Belt. Les arbres aussi. Pour donner une idée de la localisation de cette ville — qui se proclame berceau de la musique country, tout comme Nashville d'ailleurs — elle se situe à quelque 600 kilomètres à l’ouest de Virginia Beach, de Richmond, la capitale, et du fameux triangle historique de la Virginie coloniale : Jamestown, Yorktown et Williamsburg.


Donc Bristol pour le musée Birthpace of Country Music, affilié à l’institution Smithsonian et qui raconte l’histoire de la musique country et sa place dans le monde depuis les enregistrements de 1927. Et pour la visite du musée Thomas J. Boyd, à Whytheville tout près, pour un bon aperçu de l’épidémie de polio qui y a sévi durant l’été de 1950.


Nashville pour aller faire un coucou à P.K. Subban et s'acheter des bottes de cowboy; Memphis pour ses boites de blues et danser le rock and roll avec le fantôme d' Elvis Presley;

un brin du Missouri pour Tom Sawyer, un coup de blues dans le Mississippi sur la Mississippi Blues Trail et la Freedom Trail. Et peut-être un peu de l'Arkansas et de l'Alabama. Qui sait?


Tunica pour une introduction à la Mississippi Blues Trail au Gateway to the Blues Museum. Guitares et harmonicas célèbres, photos et peinturesraconte l'histoire de la naissance du blues dans le Delta.Clarksdale


Quant à la Louisiane à nous les bayous, les beignets, la bouffe, les boites de nuit...


Savannah (Géorgie) pour le Harris Neck, National Wildlife Refuge et un bon repas au restaurant de la chef Mashama Bailey au restaurant The Grey; Charlestown (Caroline du Sud) pour l'architecture des maisons et les crevettes de Bubba Gump, Richmond (Virginie) pour l'histoire des États-Unis, Sleepy Hollow pour se tremper dans la légende de Sleepy Hollow celle du cavalier sans tête. Spoooooooky!


D'arbre en arbre sur la Bible Belt, et au-delà...

Les arbres ? Pour leur grande beauté et leur spécificité


À suivre au jour le jour - pour le meilleur et le moins bon, ce road trip épicé sur Instagram, Twitter, Facebook et www.helene-clement.com, du 17 mai au 9 juin 2019.


---------------------


Est-ce pour vous ce type de voyage ?

Il faut du temps pour se rendre jusqu'en Louisiane et revenir. Au moins trois semaines. Quatre ou cinq auraient été mieux. Car il y en a du kilométrage. Nous avons suivi l'itinéraire prévu mais un peu plus de temps à chaque destination aurait permis de vivre de nombreuses autres belles expériences. Une fois en route, ça vaut le coup de rallonger...

Par contre, oubliez ce type de voyage si vous n'aimez pas conduire, n'aimez pas les imprévus et n'aimez pas vous perdre ou perdre du temps. Si vous n'êtes pas flexible, n'aimez pas les motels parfois «trash» de bord de route ( ils coûtent toutefois moins chers, ont des stationnements gratuits et se trouvent à l'extérieur des grands centres apportant du calme. Si aussi, si vous n'aimez pas les restaurants de bord de route, certes moins chers, si vous n'êtes pas contemplatif, curieux, amoureux de l'histoire, de la musique et des pique-niques.

Choisissez bien les gens avec qui vous voyagez. On passe de longs moments ensemble. Certains sont des oiseaux de nuit, sachez vous taire le matin. D'autres sont du matin, apprenez à les écouter et à aider dans l'éventualité d'une décision importante à prendre...


---------------------------


En route


Jour 0 - On traverse la frontière de Champlain (89 Sud)


Jour 1 et 2


Saratoga Springs (N.Y)




Jour 3 et 4


Lancaster - Au pays des Amish


Là où la vie au quotidien rappelle les temps anciens



Jour 5 et 6


Washington D.C



Jour 7


Whyteville(Virginie) pour le musée Thomas J. Boyd





Le musée Thomas J. Boyd, à Whytheville, donne un très bon aperçu de l’épidémie de polio qui y a sévi durant l’été de 1950. On en ressort secoué.


Jour 8


Bristol (Virginie) - berceau de la musique country

À califourchon sur le Tennessee et la Virginie, Bristol se proclame berceau de la musique country. La petite ville se situe à quelque 600 kilomètres à l’ouest de Virginia Beach, de Richmond, la capitale, et du fameux triangle historique de la Virginie coloniale : Jamestown, Yorktown et Williamsburg. Un rendez-vous pour les fervents de musique traditionnelle.

On aime répéter là-bas que « si la musique country s’est épanouie à Nashville, à quelque 450 kilomètres de Bristol, elle est née à Bristol ».


Le crédit reviendrais à l’éditeur de musique et chasseur de talents pour la Victor Talking Machine Company, Ralph Peer, apprend-on au musée Birthplace of Country Music, à Bristol.


Au moment de son passage dans la ville, en 1927, ce passionné de musique traditionnelle des Appalaches a installé un studio d’enregistrement dans une vieille manufacture de chapeaux. En deux semaines, il a enregistré 19 musiciens de la région et 76 chansons.


Parmi les pionniers du country, devenus légendes, qui ont participé à l’événement : la famille Carter — Alvin Delaney Carter, sa femme Sara Élizabeth Dougherty et Maybelle Kilgore Addington, la cousine de Sara devenue Carter par la force des choses. Le trio a enregistré plus de 300 pièces pour Victor Talking Machine. Mais la Grande Dépression ralentira leur popularité.


Jour 8, 9 et 10


Nashville - pour sa musique country







Jour 11 et 12 et 13 - Au fil du Delta du Mississippi

Tunica





En terme de musique la Route 61 Blues surpasse la Route 66 dans l'ouest américain. Go East for the blues!







Clarksdale


À la croisée des routes 61 et 49, là où le guitariste et chanteur Robert Johnson aurait vendu son âme au diable pour devenir le maître du blues.


On y a dégusté un délicieux BBQ chez Abe's dont la réputation va au-delà du North Mississippi et du Mid-South. Un arrêt obligé.



Deer Creek, lieu de naissance de Kermit la grenouille


Le créateur des Muppets, Jim Henson, a passé des heures à jouer sur les rives de Deer Creek, ce qui, dit-on, lui inspira le personnage de Kermit la grenouille créée en 1955. Toutefois, Kermit n'a connue la gloire qu'en 1976, avec le Muppets Show. Un petit musée rend hommage au lieu de naissance de Kermit et permet d'en apprendre un peu plus sur Jim Henson - né dans la région, et de ses autres créations, comme les Fraggle Rock. Le petit musée tient également lieu de centre d'accueil pour les visiteurs.



Vickburg

Bien sûr pour son passé de ville sudiste (elle offre un passionnant témoignage de la Guerre de Sécession et de la vie quotidienne du Sud provincial contemporain), mais aussi pour le petit musée de la Biedenharn Candy Company - hébergé dans une belle bâtisse de 1890, entièrement consacré à Coca-Cola. C’est ici que le précieux breuvage aurait été embouteillé pour la première fois en 1894… La fontaine à soda de 1900 est magnifique, on peut déguster aussi de la crème glacée et les occasions de dépenser son argent en souvenirs de toutes sortes sont innombrables.

Natchez

Natchez serait la ville la plus ancienne de l'État du Mississippi. Le site était, avec le camp de la Pointe Coupée, un poste français sur le Mississippi, à une centaine de kilomètres au nord de la région de la Nouvelle-Orléans. Natchez a été érigé en 1716, sur le territoire du peuple Natchez, le nom de Fort Rosalie chez les Natchez en l'honneur de la femme du ministre Pontchartrain. Le grand potentiel agricole attira de nombreux colons. Mais des incidents fâcheux survenus en 1723 détériorèrent les relations entre les Natchez et les Français alors qu'elles avaient été cordiales à l'origine.


La ville occupe le sommet d'une falaise escarpée que l'on gravit par une rampe taillée dans le conglomérat rougeâtre. Du haut du rocher, planté d'arbres et disposé en promenade, on jouit d'une très belle vue sur le Mississippi. Un endroit parfait le long du fleuve pour déguster un whisky ou une bière en regardant les bateaux remontés le mythique fleuve.

Plantation Frogmore (coton et gins)


Cette plantation racontel'histoire de la France ancienne avec son système juridique unique et son code des esclaves, ainsi que les contributions françaises du coton et de la canne à sucre à la Louisiane. Une exposition sur la canne à sucre, un moulin à canne à sucre historique conduit par des mulets et une grange à proximité font partie de la visite à pied.


Frogmore possède 19 structures d'avant-guerre restaurées datant du début des années 1800. Outre l'histoire des premiers planteurs de Natchez et de leurs esclaves, la visite comprend un rare égreneur de coton à vapeur de qualité Smithsonian, puis met en contraste les méthodes historiques avec la plantation, la récolte et l'égrenage informatisé du coton.

Un point culminant est la visite du gin à vapeur de qualité Smithsonian inscrit au registre national. Ce bâtiment d'avant la guerre civile abrite de rares équipements Munger de 1884. Robert S. Munger a été le premier à inventer l'aspiration dans les égreneuses ainsi que le système d'égrenage continu avec la presse à double caisson, tous brevetés en 1884.


Toujours en activité, il y a du coton dans les champs à cueillir de la mi-juillet à avril


Un gumbo à Roux


En chemin vers Bâton Rouge, un arrêt s'impose au restaurant Roux 61 pour déguster un succulent gumbo , ce ragout originaire de Louisiane.


https://roux61.com/

Nouvelle-Orléans