• Hélène Clément

Québec - Tout baigne sur le Saint-Maurice


De La Tuque à Trois-Rivières, on célèbre la Classique internationale de canots, dont l’origine remonte à 1934.

Ce soir marque le début de la 73e Classique internationale de canots. Cet événement sportif parmi les plus enracinés au Québec, qui se déroule sur le cours du Saint-Maurice entre La Tuque et Trois-Rivières, rassemble les meilleurs canoteurs du monde. À cette compétition se greffe une cyclo-randonnée qui invite les mordus de vélo à suivre sur la route 155, entre Saint-Roch-de-Mékinac et Shawinigan, le parcours des canots.


Ce week-end, la rivière Saint-Maurice est en fête. De La Tuque à Trois-Rivières, la vallée célèbre sa Classique internationale de canots, dont l'origine remonte à 1934. Plus de 130 canoteurs participeront à cette course en trois étapes: La Tuque - Saint-Roch-de-Mékinac, Saint-Roch-de-Mékinac - Shawinigan et Shawinigan - Trois-Rivières. On peut applaudir les efforts des participants un peu partout le long de la route 155 mais aussi à partir du pont Matawin, à Saint-Roch-de-Mékinac, du boulevard Saint-Maurice, à Shawinigan, et de l'île Saint-Quentin, à Trois-Rivières.

Bien qu'exigeante (le trajet fait 193 kilomètres), la Classique était encore plus difficile à l'époque de la drave: les canots étaient lourds, le parcours se faisait en deux étapes, l'équipage devait transporter matériel de camping, bagages et nourriture et les billes de bois entravaient la rivière à tous les détours. Époque révolue ! De nos jours, le Saint-Maurice est nettoyé de sa pitoune, les canots pèsent à peine 35 kilos et les canoteurs dorment dans un lit.

À cette compétition se greffe depuis septembre 2004 une cyclo-randonnée qui permet à 400 mordus de vélo de pédaler en toute quiétude sur le tronçon de la route 155, entre Saint-Roch-de-Mékinac et Shawinigan. Pendant que les canoteurs avironneront à une vitesse de 12 ou 13 km/h, les cyclistes inscrits au parcours-découverte de 72 km pédaleront à une vitesse moyenne de 22 km/h tandis que ceux qui ont opté pour le parcours sportif rouleront à 28 km/h. Le départ se fait du pont Matawin et se termine au coeur même de l'action à Shawinigan, où les curieux assisteront à un portage très impressionnant le long du boulevard Saint-Maurice et à un feu d'artifice en soirée.

Encadrée par la Sûreté du Québec, la Cyclo-Mauricie est donc une occasion unique d'aller rouler sa bosse en toute sécurité sur une des plus belles routes du Québec — mais aussi la favorite des camions de pitounes — sans subir les coups de vent des autos et des camions.

En organisant cette randonnée en parallèle à la Classique de canots, Marie-Josée Gervais, ex-championne québécoise de vélo et présidente de la Cyclo-Mauricie, se doutait bien que l'événement plairait et que ce serait probablement le début d'une autre belle histoire le long du Saint-Maurice. Pari gagné ! Le taux de participation a triplé en trois ans et la bonne nouvelle s'est répandue jusqu'en Europe. Depuis l'année dernière, la Cyclo-Mauricie est jumelée avec le Cyclo Tour du lac Léman, en Suisse. La Classique de canots sort ainsi de l'ombre grâce au vélo.

Cette année, d'autres activités se sont greffées à celles qui existaient déjà, comme la participation de la Société paramilitaire des pontonniers de Bex, en Suisse. À bord de deux nacelles pesant 350 kilos chacune, les 16 Suisses (huit par embarcation), âgés de 19 à 79 ans, suivront le même parcours que la Classique. Tout un défi ! Ça comprend la descente de quatre rapides et le franchissement de trois barrages, portages à la clé.

De la terrasse de l'auberge Le Montagnard, à Saint-Roch-de-Mékinac, on aperçoit le rapide de Manigance. Si on aime l'action à saveur helvétique, c'est là qu'il faudra se poster, ne serait-ce que pour rencontrer le propriétaire, Edgar Borloz, un sympathique Suisse qui fait dans la raclette et la fondue si on le lui demande à l'avance. Lui-même ancien pontonnier, on peut parier qu'il a quelque chose à voir avec la participation de nos amis suisses cyclistes et navigateurs.

Parmi les nombreux attraits touristiques le long du parcours de la Classique de canots, notons le Musée du Bûcheron, à Grandes-Piles. Une vingtaine de bâtiments y retracent l'époque de la drave et la vie de ces hommes qui, chaussés de souliers à crampons, faisaient rouler le bois flotté. Ils ne savaient même pas nager ! Le parc thématique de la Cité de l'énergie, à Shawinigan, raconte l'histoire du développement de cette ville industrielle tandis que l'église Notre-Dame-de-la-Présentation expose les oeuvres du plus grand peintre religieux canadien, Ozias Leduc.

La cyclo-randonnée aura lieu dimanche. L'embarquement des vélos se fera au stationnement de l'aréna Jacques-Plante de Shawinigan dès 6h, et le départ pour Saint-Roch-de-Mékinac, à 7h. Les cyclistes partiront du pont Matawin à 8h30 pour le peloton de 72 km et à 9h pour le peloton de 82 km. On peut s'inscrire sur place, mais il faut confirmer sa présence au plus tard demain avant 16h en téléphonant au (819) 247-1414.

- Renseignements généraux: www.cyclomauricie.com ; www.classique.icotech.ca.

- Auberge Le Montagnard, www.aubergelemontagnard.ca.

- Auberge du Domaine de la Baie, www.domainedelabaie.com.


Publié dans le Devoir du 1er septembre 2006


Contactez-moi

  • Blanc Facebook Icône
  • Blanc Twitter Icon
  • Blanc Icône Instagram
  • Blanc Vimeo Icône
  • Le Devoir

2020 © Tourisme Aventure - Tous droits réservés

Textes et photos par Hélène Clément