• Hélène Clément

Les charmes de l'avant-Noël


Photo: Françoise Cot Le Marché de Noël, à Longueuil

Alors que nous glissons lentement vers le mois de décembre, les vitrines des magasins s'animent, les rues s'illuminent, les maisons se déguisent en guirlandes géantes et les sapins s'ornent de leurs plus beaux apparats. S'installent aussi, en dedans comme en dehors, les fameux marchés de Noël, ces nouveaux incontournables de la période des Fêtes. Et la formule plaît.



Article publié dans le Devoir du 19 novembre 2011

East-Hereford — Les odeurs du sapinage et du feu de bois qui crépite sur la place centrale du village d'East-Hereford nous plongent instantanément dans l'atmosphère des Fêtes. C'est la pleine lune, l'air est frisquet et le ciel étoilé. Une chorale venue pour l'occasion de Waterville chante des airs de Noël. Des effluves de jus de pomme chaud aromatisé à la cannelle et de soupe à la courge taquinent nos narines. Le ton est donné, la fête est à nos portes.

Les marchés de Noël gagnent du terrain au Québec. Et les gens en redemandent: c'est convivial, on y rencontre des artisans, on achète local et on a moins l'impression que Noël est une fête commerciale et sans âme. Une façon différente, sans doute plus zen, de faire ses achats du temps des Fêtes tout en s'enrichissant du patrimoine local, que ce soit à la ville ou à la campagne.

En fait, ces marchés perpétuent une tradition séculaire qui remonte au XIVe siècle, en Allemagne ou en Alsace, alors qu'on les appelait «marchés de la Saint-Nicolas». Rebaptisés sous la Réforme Christkindlmarkt (marchés de l'Enfant-Jésus en allemand), ils apparaissent en France en 1570, plus spécifiquement à Strasbourg, sous le nom de Christkindelmärik. Une tradition qui perdure jusqu'à nos jours mais qui semble toutefois avoir perdu toute connotation religieuse.

Une ruse pour masquer la grisaille et les journées courtes de novembre ou une façon de rentabiliser le onzième mois de l'année? Sans doute un peu des deux. En tout cas, la coutume ne date pas d'hier puisque déjà aux époques païennes, des réjouissances étaient organisées pour chasser l'obscurité.

Et certains jouent le jeu. La Municipalité régionale de comté de Coaticook, par exemple, a créé Les Marchés de Noël de la Vallée, puis le Château Frontenac de Québec a mis sur pied, il y a trois ans, le programme Noël dès novembre pour stimuler le tourisme pendant l'un des mois les plus creux de l'année.

Ce forfait week-end comprend l'hébergement, un dîner pour deux au restaurant Champlain et l'accès gratuit à des ateliers pas banals du tout. Le Père Noël en sus!

Parmi les activités à ne pas manquer, l'atelier du samedi matin animé par Jean Soulard vaut à lui seul le déplacement. Tout en cuisinant, le chef du Château Frontenac, originaire de La Gaubretière en Vendée, partage avec humour ses recettes et trucs simples pour réussir de bons petits plats sans se prendre la tête, tout en répondant aux questions de nombreux auditeurs curieux.

Au Québec, de plus en plus de villes ont désormais leur marché du temps des Fêtes. À bien des endroits, pour l'occasion, on monte de petites cabanes en bois qui servent de boutiques aux artisans. Idéalement, le tout se joue à l'extérieur, de façon à apprivoiser l'hiver. N'en demeure pas moins que ces marchés prennent aussi place dans des sous-sols d'église, des salles paroissiales ou, comme pour le marché Casse-Noisette, dans les galeries du Palais des Congrès de Montréal.

Les cinq marchés de la Vallée de Coaticook, qui se déroulent jusqu'au 11 décembre prochain, offrent tous un caractère différent. Bien que ceux des jolis villages de Way's Mill et d'East-Hereford aient eu lieu le week-end dernier, rien n'empêche d'y retourner pour une visite historique des lieux, en route vers les marchés de Coaticook, Waterville et Compton.

Surnommée la capitale du sapin de Noël, la municipalité d'East-Hereford abrite plus d'un million de sapins baumiers en plantation ou en sauvageons. Durant les mois précédant les Fêtes, les gens de la région confectionnent des couronnes de Noël qui seront acheminées en grand nombre, tout comme les sapins, d'ailleurs, vers les marchés américains. Au centre du village, le sentier d'interprétation Jardin sapins et merveilles raconte l'histoire et les pratiques environnementales entourant l'industrie de ce conifère si populaire à Noël.

Le Marché d'antan de Compton, quant à lui, joue la carte de l'agroalimentaire dans une ambiance début XXe siècle. L'événement prend place dans le magasin général de Louis Stephen St-Laurent, premier ministre du Canada entre 1948 et 1957, au Lieu historique national Louis-S. St-Laurent, situé au coeur du village. Tout en se cultivant, le visiteur peut se procurer mille et un produits fins de la région, reconnue pour son art de vivre et son agriculture biologique.

L'arrivée du Père Noël reste toujours un moment magique. Venu du Pôle Nord en diligence, son passage à Compton est particulièrement remarquable. Rien à voir avec le Père Noël rouge des centres commerciaux. Vêtu d'un manteau de drap vert, portant une besace en bois et un petit sapin, l'homme à la barbe blanche et au regard tendre sort d'une bonbonnière d'époque.

«Cette bonbonnière vient de Saint-André-de-Kamouraska, raconte Yvan Fortier, ethnologue et historien à Parcs Canada. Je m'en suis inspiré pour créer le Père Noël de Compton car c'est l'idée que je me fais du personnage. Un homme gentil et généreux, un joyeux mélange entre Saint-Nicolas et les lutins imaginés par les écrivains au fil des ans.»

À propos du Père Noël Dans le cadre de l'activité Qui est le vrai Père Noël?, le Musée de la Pointe-à-Callière présente au public quatre Pères Noël qui racontent le temps des Fêtes dans leur pays: Saint-Nicolas, Befana, la petite Lucie et le Père Noël, celui illustré par le dessinateur Haddon Sundblom pour le compte de Coca-Cola. Le dessinateur avait habillé le vieil homme aux couleurs de la célèbre bouteille de Coke: rouge et blanc.

La renommée que lui valut la publicité de ce personnage jovial, buvant un Coca pour se rafraîchir en distribuant ses cadeaux, fit du vieux bonhomme à la barbe blanche le grand maître planétaire de la nuit la plus magique de l'année.

Befana, Italienne d'origine, est une vieille femme un peu grincheuse qui porte les cadeaux de Noël. Son nom, qui aurait été déformé par un jeune enfant, vient du mot «Épiphanie», en italien, Epiphania. La sorcière s'introduit dans les maisons durant la nuit du 6 janvier, à l'Épiphanie, comme l'indique son nom. Befana dépose dans les souliers des enfants sages des gâteaux, des biscuits et des jouets. Quant aux chaussures des enfants moins sages... ils sont remplis de charbon.

La petite Lucie aurait vécu en Sicile au IVe siècle: c'est l'une des premières chrétiennes. À cette époque, les croyants sont maltraités et se cachent dans des grottes pour prier. Lucie leur apporte de la nourriture pendant la nuit. Sur sa tête repose une couronne de bougies allumées, ce qui lui laissait les mains libres pour éclairer son chemin et transporter mets et boissons.

La légende raconte que la beauté de ses yeux séduisit un jeune païen qui tomba amoureux d'elle, mais que Lucie repoussa. De rage, il la fit arrêter par les hommes de l'Empereur de Rome et condamner à mort pour avoir apporté à manger aux autres chrétiens. On a essayé de la brûler, mais les flammes ont refusé de la tuer; elle l'a donc été avec une épée.

La légende de Saint-Nicolas, elle, veut que le saint ait ressuscité trois petits enfants qui avaient demandé l'hospitalité à un boucher. Celui-ci, les ayant accueillis, profita de leur sommeil pour les découper en morceaux et les mettre au saloir. Sept ans plus tard, Saint-Nicolas, passant par là, demanda au boucher de lui servir ce petit salé vieux de sept ans. Terrorisé, le boucher prit la fuite et Saint-Nicolas fit revenir les petits à la vie.

Un trait commun à ces personnages légendaires: la distribution de cadeaux aux enfants.

À chacun son Père Noël et... son marché de Noël! C'est ça, la magie du temps des Fêtes.

En vrac Noël dès novembre au Château Frontenac, tous les week-ends jusqu'au 4 décembre. www.fairmont.com/fr/frontenac.

Qui est le vrai Père Noël? L'activité au Musée d'archéologie et d'histoire de Montréal Pointe-à-Callière permet de faire la connaissance de quatre personnages de Noël qui racontent comment on célèbre le temps des Fêtes dans leur pays d'origine. www.pacmusee.qc.ca.

Le Marché de Noël et des traditions de Longueuil comprend une cinquantaine de maisonnettes et on y trouve des conteurs, des troupes de danse folklorique, des ateliers culinaires et des démonstrations du savoir-faire des artisans. L'espace marchand propose lainages, fourrures, décorations de Noël, bijoux, savons, chocolats, vitraux et plusieurs autres idées de cadeaux. Les vendredis, samedis et dimanches du 3 au18 décembre, puis les 21 et 22 décembre. www.vieuxmetiers.ca.

Le Marché Casse-Noisette aura lieu du 24 novembre au 4 décembre au Palais des congrès de Montréal. Soixante-dix-sept exposants seront au rendez-vous avec des primeurs, des nouveautés et des idées de cadeaux. www.marchecassenoisette.com.

Noël sur l'Avenue (avenue du Mont-Royal), qui se tiendra du 3 au 31 décembre, débute par une fantastique marche aux flambeaux suivie d'un feu d'artifice. Concours de décoration de sapins, lutins à vélo pour recueillir les lettres des enfants destinées au Père Noël et deux parcours gourmands. Le chocolat sera le thème de quatre ateliers publics (sur réservation, car très populaires). Il y aura aussi une collecte de sang, du théâtre, du magasinage en musique, des concerts... www.noelsurlavenue.com.

Les Marchés de Noël de la Vallée de la Coaticook permettent de revivre les noëls traditionnels aujourd'hui et dimanche à Coaticook, les 26 et 27 novembre à Waterville et les 3, 4, 10 et 11 décembre à Compton. www.tourismecoaticook.qc.ca/noel.

Le Marché de Noël de Baie-Saint-Paul se tiendra les 25, 26 et 27 novembre, puis les 2, 3 et 4 décembre. www.marchedenoelbsp.com.

Le Marché de Noël du Vieux-Port, du 24 novembre au 31 décembre, présente 70 producteurs, transformateurs et artisans agroalimentaires des quatre coins du Québec, avec plus de 1000 produits du terroir.

Le Marché de Noël allemand aura lieu devant l'hôtel de ville de Québec du 2 au 4 et du 9 au 11 décembre: une grande quantité de produits fabriqués exclusivement pour la période des Fêtes a été commandée d'Allemagne pour l'occasion. www.communaute-allemande-quebec.com/marche-noel-2011/activites.html.

Le Marché de Noël de La Baie proposera plusieurs spectacles gratuits. Producteurs et artisans de la région déballeront leurs trésors du 2 au 11 décembre. www.centrevilledelabaie.com.

S'inspirant des grands marchés européens, le Marché de Noël de L'Assomption propose de vivre la magie de la fête en compagnie d'une trentaine d'artisans et de producteurs du terroir, installés dans des maisonnettes rustiques, du 1er au 23 décembre. www.marchedenoeldelassomption.ca.

Contactez-moi

  • Blanc Facebook Icône
  • Blanc Twitter Icon
  • Blanc Icône Instagram
  • Blanc Vimeo Icône
  • Le Devoir

2020 © Tourisme Aventure - Tous droits réservés

Textes et photos par Hélène Clément