• Hélène Clément

Estrie - La petite machine à neige


«Un jour, j'inventerai une petite machine qui flottera sur la neige.» Tel était le souhait de Joseph-Armand Bombardier, créateur du Ski-Doo. Un rêve qui devint réalité en 1959. L'exposition 50 ans de Ski-Doo, un demi-siècle à la conquête de l'hiver, qui se tient au musée J.-Armand Bombardier, à Valcourt, jusqu'au 14 février 2010, rend hommage à la machine Ski-Doo, de la mise au point de la toute première jusqu'à aujourd'hui.


Garage et machines-outils, véhicules chenillés, moules et roues pleines de barbotins, chenilles sans fin, moteurs... Puis une vaste collection de 35 motoneiges provenant de diverses époques et contrées hivernales du monde. L'oeuvre d'un mécanicien inventeur, entrepreneur et visionnaire qui, déjà à l'âge de 13 ans, fabrique des jouets mobiles mus par des mécanismes d'horlogerie. Voilà ce que découvrent en tout temps les visiteurs au musée J.-Armand Bombardier.

Mais l'institution présente aussi, en collaboration avec BRP (Bombardier Recreational Products), une rétrospective de l'évolution du Ski-Doo. L'exposition 50 ans de Ski-Doo témoigne d'un demi-siècle d'avancées technologiques que le visiteur peut mesurer en comparant deux véhicules: la motoneige «Ski-Doo K60 1960», et le «Summit 2009», édition 50e anniversaire.

Neige abondante, transport impossible à l'hôpital à cause de chemins fermés: c'est la mort de son fils Yvon, d'une péritonite, en janvier 1934, qui déclenche chez Bombardier ce désir de créer un petit véhicule maniable sur la neige. Entêté, le maître d'oeuvre de Valcourt? «Non, tenace», soutient Mario Landry, directeur de la muséologie, des communications et de l'entretien pour la Fondation J.-Armand Bombardier.

La quarantaine de brevets obtenus au cours de sa vie en dit long sur sa volonté au travail. Pour le Valcourtois, rien n'est impossible. Même si certains n'y croient pas, à ses inventions. La mise au point, en 1935, d'un système de traction révolutionnaire, le barbotin-chenille, pour lequel il obtient un premier brevet en 1937, et la conception en 1953 du vulcanisateur, un appareil pour fabriquer les chenilles sans fin, ne sont que deux exemples de sa grande détermination.

Après avoir fondé en 1942 la société Auto-Neige Bombardier Limitée, spécialisée dans la fabrication des véhicules chenillés destinés au transport sur terrain enneigé, puis contribué aux efforts de la Deuxième Guerre, M. Bombardier s'emploie à faire fructifier son entreprise et poursuit son oeuvre en adaptant ses véhicules aux besoins des industries forestière, minière et pétrolière. Son rêve de développer la fameuse «petite machine» le mène à la production et à la commercialisation de la motoneige «Ski-Doo» en 1959. Un nouveau loisir voit alors le jour au Québec.

Le parcours de l'exposition, divisé en cinq zones, raconte l'histoire du véhicule à travers tous ses aspects, de 1959 à 2009: modèles, suspensions, phares, moteurs, casques, vêtements... On rend compte des avancées technologiques qui ont permis aux motoneiges «Ski-Doo» de s'illustrer tant sur les circuits de course que sur les sentiers de randonnée et hors pistes. Le visiteur découvre comment BRP s'attaque aujourd'hui à de nouveaux défis concernant la sécurité et le respect de l'environnement et il est invité à prendre place sur un Ski-Doo et à comparer un modèle 1961 et un autre de 2009.

50 ans de Ski-Doo témoigne également de l'évolution et de la modernisation qui ont propulsé Bombardier inc. — et, depuis 2003, BRP — au titre de chef de file mondial dans la fabrication de motoneiges. En 1959, 229 motoneiges à 990 $ l'unité sont produites à l'usine Bombardier. En 1969, le nombre atteint 255 000 véhicules. Dans les années 1980, Bombardier s'impose comme le plus grand fabricant de motoneiges au monde. La compagnie est désignée fournisseur officiel aux Jeux olympiques d'hiver de Calgary. La flamme olympique effectuera les 3000 kilomètres du trajet pancanadien à bord d'une motoneige «Safari 503».

Pour compléter la visite, face au musée J.-Armand Bombardier, le Centre culturel Yvonne L.-Bombardier, fille aînée de l'inventeur et présidente de la fondation, présente jusqu'au 19 avril l'exposition Pérégrinations. Le peintre et sculpteur abstrait Gille Bossé et la peintre animalière Denise Daignault-Bossé y exposent une soixantaine d'oeuvres.

La Fondation J.-Armand Bombardier, créée un an après la mort du père du «Ski-Doo» en février 1964 dans le but de perpétuer son oeuvre et de contribuer à la responsabilité sociale de Bombardier inc., continue de jouer un rôle déterminant dans les domaines de l'éducation, du soutien communautaire, de la santé ainsi que des arts et de la culture.

- Musée J.-Armand Bombardier: www.museebombardier.com.

- Centre culturel Yvonne L.-Bombardier: centreculturelbombardier.com.


Contactez-moi

  • Blanc Facebook Icône
  • Blanc Twitter Icon
  • Blanc Icône Instagram
  • Blanc Vimeo Icône
  • Le Devoir

2020 © Tourisme Aventure - Tous droits réservés

Textes et photos par Hélène Clément