Tunisie – Le Jérid, pays des mirages

Hélène Clément Uncategorized

De sel et de sable

Voyez-vous, au loin, la palmeraie ? demande Mohammed, notre guide. Oui ? Eh bien, c’est un mirage, s’amuse-t-il à détruire notre illusion d’optique. Vous en êtes sûr, Mohammed ? Certainement. Et s’il n’y a pas de soleil, il n’y a pas de mirage.

Nous traversons en 4X4 la région désertique du Chott el-Jérid, un immense lac desséché de 250 kilomètres de long recouvert de cristaux de sel blanc. À l’horizon se dessinent des formes géométriques qui apparaissent et disparaissent au coeur des sables brûlants. C’est l’air surchauffé qui crée ces distorsions, affirme le guide. Il fait 32 °C.

Cet immense territoire qui s’étend sur quelque 2200 km 2 (avec le Gharsa), faisant parti du Jerid (4719 km 2) l’un des 24 gouvernorats que compte la Tunisie, regroupe autour de Tozeur, sa capitale, les villes de Nefta, El-Hamma, Degache, Chebika et Tameghza

Le Jerid qui commence aux alentours de Gafsa et couvre une superficie de plus de 90 000km 2, renferme deux chotts (des lacs salés, plus ou moins desséchés

Palmiers dattiers, exploitation du phosphate et tourisme constituent les principales activités du gouvernorat.

,

Les Romains y édifièrent une frontière fortifiée, destinée à maintenir à l’écart de l’Empire les populations nomades

Le Chott el-Jérid couvre 40% du territoire du Jérid. Les paysages y sont magnifiques. En fonction de l’heure du jour les efflorescences salines changent du rose au pourpre…Attention aux mirages qui éblouissent les plus blasés d’entre nous!